Poêle à bûches

C’est certainement l’un des plus anciens moyens de se chauffer, et il n’a jamais été autant d’actualité !

Le poêle à buches profite de la chaleur dégagée par la combustion du bois pour chauffer votre intérieur et vous permettre de réaliser des économies d’énergie.

(Re)découvrez ce simple et efficace moyen de chauffer votre intérieur avec Info Habitat.

Le fonctionnement du poêle à bûches

Le rôle du poêle à bûches est de chauffer une pièce (et celles attenantes) en brûlant du bois, tout simplement. La chaleur produite par cette combustion est ventilée dans l’habitat, et la fumée évacuée à l’extérieur.

Pour fonctionner, cet équipement a besoin, vous vous en doutez, de bûches qu’il vous suffit d’embraser en allumant un feu dans le foyer. Le poêle « tire » ensuite de l’air de la pièce pour attiser les flammes et assurer une combustion continue, alors que la chaleur est expulsée par convection pour réchauffer l’air ambiant. La fumée née du bois brûlé est quant à elle évacuée vers l’extérieur.

Le poêle à bûches fonctionne donc sans électricité et présente l’avantage de chauffer très rapidement, contrairement à un poêle à granulés, dont la diffusion de chaleur est plus progressive. Cet équipement apporte également une véritable touche esthétique à une pièce, aspect qui est loin d’être ignoré par les foyers choisissant cette solution de chauffage.

L’installation du poêle à bûches

Prise en charge par un professionnel, la mise en place du poêle à bois peut être très rapide (une journée suffit) et n’exige pas de gros travaux. Le chantier le plus conséquent sera le raccordement du système d’évacuation de la fumée, puisqu’il faut veiller à ce qu’il soit le plus efficace possible. Limiter les coudes, assurer une bonne étanchéité ainsi qu’une bonne isolation thermique en sortie de toit sont autant d’éléments qu’un professionnel pourra garantir.

Quel entretien pour votre poêle à bois ?
Comme pour son installation, le poêle à bûches doit être entretenu par un professionnel. Une visite annuelle lui permettra de vérifier le bon état du matériel et de le nettoyer. Il est par ailleurs obligatoire de faire deux ramonages par an. Pensez également à le nettoyer régulièrement et à retirer les cendres

Bon à savoir : le choix des bûches influence les performances de chauffe de votre poêle. Nous vous déconseillons d’éviter le bois vert ou le traité car ils produisent plus de fumée et d’éléments polluants pouvant endommager votre équipement et leur production de chaleur est moindre, pour un rendement forcément plus faible. Le mieux pour un poêle à bûches performant est de choisir du bois sec « NF bois de chauffage », qui offre le rendement le plus grand et un taux d’humidité réduit. De manière générale, préférez également de grosses bûches, qui durent plus longtemps et coûtent moins cher.

Prix et rendement du poêle à bois

Le poêle à bois est l’un des moyens les plus abordables de réduire ses factures énergétiques et de produire de l’énergie plus proprement. Vous pouvez en effet compter entre 3 000 et 7 000 € pour l’achat et la pose d’un poêle à bûches. Il faut ajouter à cela le prix du bois, puisque vous serez régulièrement amené à faire le plein : rassurez-vous, le bois est une matière première très peu coûteuse et que l’on trouve abondamment en France. Il faut aujourd’hui compter 67 € le stère de bûches de 50 cm (le format le plus utilisé), soit 0,8 m3, livré à domicile.

Les poêles à bois actuels présentent par ailleurs un bien meilleur rendement que les générations précédentes puisqu’il est aujourd’hui compris entre 70 et 90%. Cette plus grande efficacité vous garantit un chauffage à domicile moins cher, grâce à une matière première au rapport prix/performance extrêmement intéressant. A préciser enfin que le poêle à bûches est principalement utilisé en chauffage d’appoint.

Poêle à bûches, aides et crédit d’impôt

L’installation d’un poêle à bûches à votre domicile vous rend éligible au crédit d’impôt à hauteur de 30%, et vous pourrez également profiter d’autres aides réduisant votre investissement initial. Des aides régionales peuvent ainsi vous être attribuées par l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat) et vous pourrez, par exemple, profiter de l’éco-prêt à taux zéro.